Habitats néotraditionnels

Demandez
votre devis !

Votre entreprise de maçonnerie de Quimper

HN TRAD 29
44 Ter, Route de Brest
29000  Quimper
N°TVA : 39538145921

18/07/2014

RAGE 2012 : Rupteurs de ponts thermiques

Afin d’atteindre les objectifs politiques annoncés en matière d’exigences thermiques, l’isolation des bâtiments ne cesse d’êtrerenforcée. Détails…

Le traitement des ponts thermiques des liaisons entre parois du bâtiment est notamment une préoccupation de tous les acteurs. Une des solutions : les rupteurs de ponts thermiques. Solution sous Avis techniques, le programme RAGE 2012 a décidé d’en faire un guide de recommandations d’exécution.

La réduction des fuites de chaleur à travers l’enveloppe d’un bâtiment passe par la mise en place d’une isolation, qu’elle soit par l’intérieur, répartie ou par l’extérieur. Mais cette dernière est rarement continue et homogène. Ainsi, les zones mal isolées créent des ponts thermiques plus ou moins importants qu’il faut traiter afin, notamment, de maîtriser les coûts dus à la consommation d’énergie du bâtiment.

 Ces ponts thermiques peuvent être de deux types :

    soit intégrés (appelés aussi “ponctuels”), ils sont générés par l’interruption ou la dégradation de l’isolation au sein de la paroi ;

    soit de liaison (appelés aussi ­“linéaires”), ils sont dus généralement à l’interruption de l’isolation au niveau des liaisons entre les parois du bâtiment. Ce dernier type de ponts thermiques peut être traité par la mise en œuvre de rupteurs thermiques.

 Un fort impact

  Réduisant les fuites de chaleur grâce à la mise en place d’une interposition d’un élément isolant entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment, les rupteurs thermiques peuvent intégrer, en supplément de l’élément isolant, des éléments destinés à assurer la continuité mécanique entre les parois et/ou à renforcer la sécurité au feu entre les locaux adjacents.

 L’intégration de ces éléments peut ainsi considérablement impacter la stabilité d’un bâtiment aux sollicitations sismiques, l’isolement acoustique du bâtiment ou avoir un impact sur les exigences en matière d’accessibilité des ouvrages.

 Toutes ces réglementations sont ainsi à pren­dre en compte dans la conception et la mise en œuvre d’un rupteur thermique.

  RAGE 2012

  Compte tenu de la grande qualité de mise en œuvre que demandent les rupteurs thermiques, le programme RAGE 2012 a décidé de rassembler les préconisations de mise en œuvre de ces produits dans un guide. Applicable aux bâtiments neufs de France métropolitaine, ce guide ne remplace pas les Avis techniques disponibles (voir “Infos pratiques”).

 Il s’attache à récapituler les dispositions communes aux divers types de rupteurs (les positions dans l’ouvrage, leur impact sur le fonctionnement mécanique de la structure d’un bâtiment ainsi que sur les ­autres corps d’état) puis à préciser les dispositions spécifiques aux liaisons qu’ils permettent de traiter :

    -liaison façade / planchers à poutrelles ;

    -liaison façade / planchers à dalle pleine coulée en œuvre ;

    -liaison façade / planchers à prédalles ;

    -liaison façade / balcon ;

    -liaison façade / refend ;

    -liaison façade / acrotère ou garde-corps.

Les bâtiments français étant majoritairement isolés par l’intérieur, les ponts thermiques les plus courants à traiter sont ceux présents au niveau des liaisons murs de façade / planchers. Aussi, cet article s’attache plus particulièrement à présenter ces cas-là.

Publié le 16/04/2014
Batirama.com

Retour

Top